jeudi, 27 février 2020 09:11

L'Acaj dit non au partage politique des entreprises

Évaluer cet élément
(0 Votes)

L'Association congolaise pour l'accès à la justice (Acaj) s'oppose à toute éventualité de nomination des mandataires sur base d’arrangements politiques.

Elle l'a fait savoir ce lundi 24 février 2020 à travers une correspondance adressée au coordonnateur du Front commun pour le Congo (FCC) et à celui du Cap pour le changement (Cach).

En effet, l'Acaj se dit vivement préoccupée par les modalités sur base desquelles le processus de désignation des mandataires publics devrait être mené.

"Il nous revient que les mises en place projetées devraient faire l’objet d’un partage entre les membres de la coalition FCC-CACH. Ce, à l’instar des règles ayant présidé à la composition de l’équipe gouvernementale. Si cette démarche était avérée, elle constituerait une violation flagrante et délibérée de la Constitution de la République Démocratique du Congo", écrit-on.
 
Ainsi donc, dans la perspective de nouvelles mises en place, l'Acaj attire la particulière attention de cette coalition sur les risques de récidiver dans les mêmes erreurs consistant à abandonner le choix de différents managers aux diktats des partis ou regroupements politiques.

Dès lors, "l'Acaj espère que vous ne vous laisserez guider que par le respect des articles 12, 81 et 193 de la Constitution ; et ne céderez point au chant de sirènes dont les motivations sont totalement étrangères à l’intérêt général".

Elle recommande de mettre fin à la pratique anticonstitutionnelle d’après laquelle, pour accéder aux charges dans un service, entreprise ou organisme public, il faut d’abord appartenir à l’un des partis politiques membre de la coalition au pouvoir.

MediaCongo LM LM
MEDIA CONGO PRESS / mediacongo.net
Lu 173 fois Dernière modification le jeudi, 27 février 2020 09:14

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.