Imprimer cette page
jeudi, 28 mai 2020 13:41

Rejet de l’enquête sur la passation de marché public au Sénat.

Senat RDC Senat RDC

Kinshasa, le 08 mai 2020 - Relativement à la requête de mise en place d’une commission d’enquête, sur les travaux de rénovation de l’hémicycle et ses dépendances du Sénat, introduite par la Sénatrice GOYA KITENGE Bijoux; l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ) est profondément scandalisée par la décision de rejet de ladite demande adoptée par la plénière du Sénat, réunie le jeudi 07 mai 2020.

Cette décision démontre à n’en point douter que le Sénat, élu dans un environnement d’accusation de corruption, dirigée contre certains de ses membres et unanimement condamnée par la population, n’en a cure de la transparence dans la gestion de la res publica, pourtant consubstantielle à la démocratie gage de la bonne gouvernance.

Les Sénateurs sont mieux placés que quiconque pour réaliser que les travaux de rénovation effectués dans leur hémicycle, à la suite d’un marché de gré à gré, sont payés par le contribuable congolais. Qu’à ce titre, les citoyens disposent du droit constitutionnel de contrôler et d’être rassurés de la licéité de l’usage fait de leurs ressources financières par ceux qu’ils ont mandatés.

L’ACAJ regrette vivement que les Sénateurs enclins à initier régulièrement, et sur base de simples présomptions, des missions d’enquête dans les Institutions publiques conformément à l’article 100 alinéa 2 de la Constitution, aient fait preuve de déficit de sagesse en choisissant de sacrifier les intérêts supérieurs de l’Etat sur l’autel d’un protectionnisme partisan préjudiciable à la manifestation de la vérité.

L’ACAJ relève que l’attitude affichée par les Sénateurs remet à la surface la nécessité d’un débat national sur l’utilité du Sénat dans l’architecture institutionnelle congolaise, à l’instar de celui qui a été méné aux Cameroun, Senegal, et en Côte-d’Ivoire.

Car, à quoi servirait le Sénat dans un système où la Chambre basse a le dernier mot en cas de désaccord entre les deux chambres sur un texte de loi ou que ses membres refusent d’enqueter sur un marché public soupconné d’avoir été passé en violation de la loi en la matière. Il s'agit d'une chambre budgetivore et qui sert plus à rien, voire d'une maison de retraite et/ou de recyclage politique.

L’ACAJ restée fortement mobilisée sur cette question.

 

Pour plus d’informations, contactez 

Mme Yvette MUNDI, Chargée de communication

Téléphones officiels (joignables les jours ouvrables de 9 h à 16h) :

(+243) 81 048 85 37/ 97 722 37 996/ 84 470 037 93

Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Lu 76 fois