lundi, 16 mars 2020 04:35

Communiqué de l'ACAJ sur la coalition FCC-CACH

COMMUNIQUE DE PRESSE

Kinshasa, le 16 mars 2020 :- L’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice, ACAJ en sigle, se réjouit de la rencontre récemment organisée entre les autorités morales de la Coalition FCC-CACH. 


L’ACAJ note que cette rencontre réconforte le sens de son évaluation de l’an 1 de l’alternance, publiée le 29 janvier 2020, dans laquelle elle alertait déjà sur le fait que la coalition FCC-CACH ressemblait à un mariage contre-nature où les tourtereaux avaient convenu de s’affranchir de toutes les règles de conduite pour l’avènement d’un ordre nouveau consacrant le primat du Droit sur les caprices de quelques personnes détentrices du pouvoir d’Etat.


Cependant, l’ACAJ reste vivement préoccupée par le communiqué final rendu public au terme de la concertation de la Nsele. En effet, il y a été notamment retenu, au nombre des couacs qui obscurcissent la bonne marche de la coalition, « les interpellations, à certains postes frontaliers, de quelques personnalités de FCC... ». 


D’après les conclusions de l’enquête menée par l’ACAJ, il s’est avéré que lesdites interpellations opérées notamment par la Direction Générale de Migration (DGM) l’ont été dans le strict respect des lois de la République Démocratique du Congo. « Que dès lors, tenter de les ériger au statut de problèmes politiques ayant impacté négativement le fonctionnement de la coalition constitue une regrettable erreur d’appréciation », a déclaré Me Georges Kapiamba, Président de l’ACAJ. « Les membres du FCC comme ceux de CACH ne doivent pas être considérés comme des citoyens privilégiés et non astreints au respect des lois de la République, a-t-il conclu.


L’ACAJ rappelle le principe constitutionnel d’égalité de tous les citoyens devant la loi et déplore cette énième tentative d’assujettissement de la loi aux caprices d’un groupe d’individus, soient-ils membres de la coalition régnante. 


L’ACAJ invite la coalition FCC-CACH, non seulement à prêcher par l’exemplarité, mais également à s’abstenir de toute posture susceptible de mortifier le professionnalisme dont font montre certains agents des organismes publics, à l’instar de ceux de la DGM.

 

Pour plus d’informations, contactez :

Mme Yvette MUNDI, Chargée de communication

Téléphones officiels (joignables de lundi à vendredi de 9 h à 16h) :

(+243) 81 048 8537, 97 722 37 996, 84 70 0 37 93.                                                                                         

Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

Lu 84 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.